Facythérapie ou Dien-Chan

Méthode mise au point par le Professeur Dr. BÙI QUÔC CHÂU

C’est en 1980 que le Professeur Bùi Quôc Châu découvre les bases d’une étonnante technique qu’il a appelé le Dien Chan.

Afin d’aider les gens il a mis au point plusieurs outils tels que :

  • le détecteur, la roulette, le marteau de caoutchouc etc.., soit environ 90 outils à ce jour.

Le fondement de sa méthode sont la philosophie orientale  (le bouddhisme, confucianisme et taoïsme) et la culture vietnamienne. S’appuyant, au départ, sur cette hypothèse tirée du Yi-King et du principe d’analogie selon laquelle les choses de même forme présentent certaines correspondances, le professeur réalise que la courbure du nez évoque la courbure de la colonne vertébrale. Examinant un patient souffrant de maux de dos, il découvre un point non-douloureux sur l’arête du nez de ce dernier qu’il pique avec une aiguille…et la dorsalgie disparaît instantanément ! Il renouvelle cette expérience à plusieurs reprises et chaque fois les résultats sont excellents. C’est ainsi que fut déterminé le point no 1. A ce jour plus de 500 points sont connus.

Ensuite il dessine une centaine de schémas de réflexion sur tout le corps humain. Les différentes parties du corps entrent en correspondance avec les parties du visage :

  • Le front représente la partie médiane du front, la racine du nez, les cervicales.
  • Les épaules contournent la ligne des sourcils et se prolongent par les bras et les mains représentés sur les tempes.
  • Les poumons s’étendent des sourcils aux pommettes.
  • L’intestin grêle s’étale sur le pourtour des lèvres.
  • Les reins et les surrénales sont de chaque côté de la bouche.

Le professeur prolonge ses recherches et découvre 22 systèmes de projections du corps au niveau du seul visage stimulés par plus de 500 points-réflexes. C’est ainsi qu’il met au point avec son équipe une nouvelle réflexologie qu’il appelle la Facythérapie.

Le grand attrait que représente le Dien Chan, c’est d’être en mesure de prévenir et de soulager nombre de ces petits maux quotidiens qui empoisonnent l’existence et contre lesquels la médecine officielle reste inopérante, si ce n’est avec le recours des médicaments de plus en plus puissants et des effets secondaires à la clef.

Pratiquement tout type de douleur se trouve soulagé en quelques instants grâce à quelques coups de crayon ! Une céphalée s’efface quasi magiquement. Il en est de même d’un mal de dos, d’un début de rhume que l’on peut ainsi stopper dès l’origine.

A partir de cette constatation, le remède est simple : N’attendez-pas que la situation s’aggrave, réagissez !

Cette notion est bien connue en médecine chinoise qui souligne que la souffrance est due à un blocage des énergies et qu’il suffit de la libérer pour que toute douleur disparaisse.

A la fois curative et préventive, cette méthode entretient la santé en dynamisant les fonctions essentielles du corps. Elle renforce ainsi les défenses immunitaires et permet à l’organisme de s’auto-guérir.

Soulignons encore l’aspect économique de cette thérapie facilement accessible à tous. Le Dien Chan est implanté aux USA, Russie, Chine, Cuba, et depuis peu en occident, cette méthode devrait connaître son heure de gloire dans les pays du Tiers Monde qui ne disposent pas de médicaments. Les médecins du monde appliquent cette méthode sur les 5 continents avec un certain bonheur.

Considérant l’ensemble de ses découvertes on doit admettre que le Professeur BÙI QUÂC CHÂU est un thérapeute génial et un bienfaiteur de l’humanité.


Ce document reste pour info...